banniere

Chloé Méhat Blog

Coronavirus : des nouveaux slasheurs après la crise (témoignages)

13 mai 2020

brooke-cagle-WHWYBmtn3_0-unsplash

Ennui, curiosité, sens du travail, famille, sensibilité artistique… Le confinement a révélé une multitude de profils d’actifs qui pourraient devenir les slasheurs de demain.

Le terme « slashers » ou « slasheuses » désigne les travailleurs qui cumulent plusieurs emplois simultanément. Les parents sont d’ailleurs devenus un peu des slashers pendant le confinement. Il a fallu jongler entre les devoirs des enfants, les cours de cuisine et le télétravail !

Cette gymnastique n’a pas été évidente pour tout le monde. Alors que les premiers slashers avaient l’avantage face à l’épidémie du coronavirus (si l’une de leurs activités flanchait, ils pouvaient rebondir sur l’autre), nous avons vu naître des collaborations inédites, des révélations de talents artistiques ou encore des projets positifs lancés par des entrepreneurs à une vitesse éclair … La crise sanitaire a modifié le rapport au travail de nombreux travailleurs et ce sera sans doute l’éclosion d’une nouvelle génération de slashers.

 

 

Des profils motivés par une passion

Après ce temps de pause forcé, les travailleurs ne veulent plus subir et leur curiosité pour de nouveaux centres d’intérêts a grandi. Instagram a donné des ailes aux passionné.e.s qui n’avaient jamais osé se lancer dans un projet artistique. Sarah Mouhadou en est le parfait exemple avec son compte @Sarah_en_confinement.
Elle confie : « Ça fait déjà pas mal de temps que je pensais à un projet photo. Il m’a fallu attendre d’être forcée à rester chez moi. Je n’avais plus d’excuse, c’était le bon moment. »

 

Pourquoi ne pas mettre à profit ce confinement pour faire une formation en ligne gratuite ?

C’est ce que beaucoup de salariés, installés dans un poste confortable, ont décidé de faire. Ils perfectionnent ainsi leurs talents, complètent leur profil professionnel ou même préparent une nouvelle activité.

Laura, contrôleuse de gestion, a commencé un bilan de compétences juste avant le confinement : « Je me suis dit dans un premier temps que tout cela s’annonçait mal… Au final, ce fût le contraire ! La déconnexion liée au confinement m’a permis de prendre le recul nécessaire tout en continuant mon activité en télétravail sans pression ! J’ai pu réaliser une véritable introspection, réfléchir à ce qui m’animait vraiment et surtout à ce qui me manquait sur le plan professionnel. »

 

Plus de bénévoles et d’engagement

De nombreux professionnels habitués à rester derrière un bureau toute la journée s’engagent à présent sur le terrain. Ils soutiennent des associations qui répondent aux besoins créés par l’épidémie de coronavirus.

Vous ne savez pas comment aider ? Des plateformes comme Benenova font le travail. En lien permanent avec les associations, les équipes définissent avec vous quelles seront les actions solidaires que vous pourrez mener sans minimum d’engagement.

Coralie déjà engagée dans une initiative positive souhaite continuer dans cette direction et soutenir d’autres causes : « Le fait de pouvoir continuer à travailler de chez moi a redonné du sens à mon travail de social media manager. J’accompagne également des migrants en leur donnant des cours de français à la bibliothèque de la cité des sciences et de l’industrie avec l’association BAAM. Ce lien m’a manqué durant le confinement. Aujourd’hui, j’ai envie de trouver des alternatives pour rencontrer plus de monde, travailler au contact de gens qui font des choses différentes et qui pourraient enrichir mon parcours humainement et professionnellement ».

 

 

Les slasheurs confiants pour leur avenir professionnel

Les slasheurs, souvent en freelance et en télétravail pour gagner en liberté dans leur emploi du temps, n’avaient pas la côte aux yeux de certaines entreprises. Frileuses au départ à l’idée de mettre en place le télétravail (peur d’un engagement insuffisant, management à distance ingérable), elles ont dû sauter le pas en un temps record. Et le résultat est plutôt positif ! Mise à disposition de matériel, conf call, prise en compte des contraintes familiales… la collaboration à distance a fait ses preuves.
Avec la crise sanitaire, le modèle du freelancing est devenu particulièrement adapté au marché du travail. Les entreprises doivent être à présent plus flexibles et vont davantage faire appel à ces profils en adoptant de nouvelles méthodes de travail pérennes. Un point positif pour les slasheurs de demain 😉 Et vous, quels sont vos projets depuis le 11 mai ?

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x