banniere

Chloé Méhat Blog

T’es au parfum de Louise Martin ? Artiste / Art-thérapeute

17 mars 2020

lettre
lettre_2
lettre3
sculpture 3
sculpture1
sculpture2
sculpture4

Au fil des publications féministes sur mon Instagram, un compte qui vaut le détour attire mon attention : @l_etreamoncorps. Les participant.e.s écrivent des lettres à leurs corps pour apprendre à s’aimer. Ensuite, ces lettres sont mises en images sur Instagram. Louise, la créatrice de cet espace d’expression m’a parlée sans tabou et avec sincérité de son parcours et de ses projets. Après notre conversation j’étais reboostée pour la journée. J’espère qu’elle vous fera le même effet arc-en-ciel !

Portrait

A 20 ans Louise fait une école de bijouterie. Elle pratique le dessin, la peinture, la cire, MAIS pas très minutieuse elle s’orientera plutôt vers une école d’art. Ce qu’elle préfère c’est toucher la matière : en route pour une prépa d’art où elle s’est mise à la sculpture céramique. Le déclic arrivera au détour d’une thérapie, Louise va s’exprimer par l’art et mettre en image ses émotions en sculpture.
Au-delà de ses différents talents artistiques, comprendre l’humain et la base de la psychologie lui semble être essentiel pour aller au bout de son idée et de ses croyances : utiliser l’art comme moyen d’expression et de développement de soi. Elle se lance alors dans une formation de deux ans en « relation d’aide » et obtient son diplôme à l’Institut Cassiopée.

Fidèle à son instinct, Louise avance, construit son site, commande ses cartes de visite et s’entoure d’autres personnalités, photographe, rédactrice, thérapeute, pour l’accompagner dans cette aventure.

Aujourd’hui, elle développe son projet « L’être à mon corps », accompagne des particuliers à travers des séances individuelles ou des ateliers collectifs, anime des ateliers créatifs au sein d’entreprises et associations, donne des cours d’art plastique à des enfants entre 5 ans et demi et 11 ans, intervient lors de conférences et expose également ses sculptures ! Elle a slashé… Elle nous dit tout.

 

Contactez Louise sur son site

 

Qu’est-ce qui pimente ta vie en ce moment ? Ma nouvelle collaboration pour L’être à mon corps, un projet qui est en perpétuel cheminement. J’ai eu la chance de rencontrer grâce à ma sœur, deux metteurs en scène Xavier Pilloy et Jérémie Trousselier, qui montaient une pièce sur la pédophilie. L’idée de mutualiser nos activités a germé et nous allons proposer des exercices thérapeutiques à travers l’improvisation théâtrale, pour aider les personnes à renouer un lien d’amour avec leur corps dans une démarche de dialogue et d’introspection.

 

Une journée pétillante avec toi ? Je n’ai pas de journée type, je peux consacrer une journée à mon site Internet avec ma copine Annabelle d’Arnoux. Elle me connaît bien et m’a conseillée pour les couleurs et le style d’écriture. Pour les textes, j’ai donné la trame à Bérangère Duquenne, une rédactrice, elle m’a beaucoup aidée aussi ! Je me rends également 4 fois par semaine dans les écoles pour donner mes cours d’art plastique, et je donne mes séances d’art-thérapie dans mon cabinet à Paris. Je ne peux pas faire 10 000 choses en même temps et trop de tâches différentes dans la même journée. Je ne m’adresse pas de la même façon à mes élèves qu’à mes patients ou partenaires ! J’aime me faire une liste des personnes à contacter dans la journée en amont.

 

Un coffret d’idées pour aller dans la bonne direction ? Dans mon cas c’est venu naturellement, j’ai eu du mal à me dire : « tiens je vais devenir art-thérapeute ! ». J’adore me remettre en question, sortir de ma zone de confort et je ne pourrais pas faire qu’un seul métier. Je me nourris de plein de choses avec différents publics. Il faut écouter son intuition. J’ai eu de la chance, je n’ai pas été freinée dans mon parcours, ma famille m’a soutenue même lorsque j’ai voulu prendre 1 année sabbatique à 19 ans. Être qui tu es c’est le plus important. Si tu dois dire merde, dis MERDE ! Evidemment l’âge, la personnalité sont des facteurs qui rentrent en compte.

 

Ta recette qui tue, pour concilier vie pro et vie perso ? Au début j’ai eu du mal à concilier les deux. Je ne peux pas travailler jusqu’à 23h et rester connectée tout le temps. Mon portable n’est plus connecté à mon adresse mail pro et à partir d’une certaine heure je ne calcule plus rien ! J’écoute mon rythme, je vais me reconnecter à moi en prenant soin de mon corps avec une séance de yoga par exemple. Je peux tout à fait travailler le soir pour rattraper un retard. Généralement je n’arrive pas à rester concentrée trop longtemps. Au bout de 45 min, 1 heure j’ai besoin de faire une pause et de reprendre après pour être dans la même énergie.

 

Ton temple de prédilection pour trouver l’inspiration ? Tous les lieux me nourrissent et les nouvelles personnes que je rencontre.

 

Ton secret pour te sentir belle ? Je ne me sens pas belle, je m’en fous ! Tant que je suis en bonne santé tout va bien. Je ne fais pas de sport pour faire du sport mais j’adore m’étirer, respirer, je pratique le Yin Yoga qui est un yoga très doux. Je me suis sentie belle le jour où j’ai lâché du lest sur l’apparence, c’est juste un corps ! En revanche, je trouve important de se sentir bien dans ses fringues. Ma pote Annabelle d’Arnoux est coach dans ce domaine, elle a suivi la formation de Flora Douville et pratique la méthode Méta. Le test a révélé que j’étais « Air » : les vêtements qui me correspondent sont des vêtements légers et je ne mets plus du tout de noir ! Sur son site jeprendsmonenvol.com, Annabelle propose une palette d’outils hyper intéressants pour accompagner chaque personne à retrouver une vie sereine.

 

Féministe en herbe ou pas ? Oui, je fais ce que j’ai envie de faire, c’est primordial pour nous les femmes de prendre notre place. Il faut remettre la puissance à chaque femme ou à chaque homme. Je n’aime pas positionner les femmes uniquement en victimes. Nous devons rester connecté.e.s à notre puissance.

 

Un livre envoutant en ce moment ? « Journal d’un corps » de Daniel Pennac.

 

Tes notes de musique pour souffler ? En ce moment j’écoute Barbara Pravi et Suzane. Je suis fan des années 80… Je chante énormément ! J’ai d’ailleurs une formation en musicothérapie. Je mélange l’art plastique et la musique. Dans la pratique du Yoga on chante aussi un mantrat traditionnel.

 

Ta fragrance du moment ? Fidèle ou addict à plusieurs senteurs ? Je suis fidèle au parfum Nuxe de l’huile prodigieuse, aux notes de fleur d’oranger, magnolia et vanille.

 

En ce moment tu songes à … Développer des stages l’année prochaine et faire grossir l’équipe. Je cherche un bénévole photographe. La mise en valeur des lettres c’est beaucoup de boulot. La photographe Léa Guillot s’occupe du graphisme et des visuels sur les réseaux sociaux et je la remercie pour son aide car le projet vit à travers ces réseaux.

 

Des papillons dans le ventre pour qui ? Pour un mouvement plutôt : « le body positive ». J’interviens lors d’une conférence gratuite le 25 avril « Body Day », 4 rue Vigée-Lebrun dans le 15ième. De nombreux acteurs seront réunis sur le sujet du rapport conflictuel au corps, comme l’association ENDAT, qui propose un accompagnement pluridisciplinaire et multi approches à des personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire, d’obésité et/ou de diabète. Il y aura également une partie Expo avec des dessins d’artistes, mes sculptures, et pleins d’autres surprises… J’ai hâte, c’est ça qui me fait vibrer.

 

 

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x