banniere

Chloé Méhat Blog

T’es au parfum de Chloé Colin ? Chef de projet Musique / Barmaid / Addict Tattoo

7 décembre 2015

IMG_9284
IMG_9143
Photo_IP
ses_toilettes_surprenantes
IMG_9275
IMG_9290
lit_deco
Sa_coiffeuse
son_detail_fetiche
IMG_9153

Tournées, booking, concerts, un nom sorti du célèbre roman de Boris Vian, Chloé écume les routes avec ses tatouages « plutôt Sailor Jerry ».

Portrait

Chloé elle a fait un bac littéraire, une fac d’anglais, des études en management et plusieurs stages dans la musique. Pas mal pour cette passionnée et tatouée (tôt, à 18 ans), qui a été chassée en 2009 par l’agence Slingshot Music. Elle participe à la programmation du festival Fnac Indétendances, rencontre beaucoup de monde, des artistes, labels, et Fatou. Deux propositions de job et elle devient une sorte de « chef de projet ». Elle gère notamment Yodelice jusqu’en septembre 2013, rien que ça, et un certain Arthur H jusqu’en février dernier. Aujourd’hui elle bosse aussi dans un bar à vin où je l’ai rencontrée. Elle a slashé… Elle nous dit tout.

 

Qu’est-ce qui pimente ta vie en ce moment ? Les concerts toujours …

 

Une journée pétillante avec toi ? Faire les rendez-vous, préparer les concerts, faire les balances avec les groupes, préparer la salle et le relationnel qui en découle. Je travaille aussi dans un bar à vin à côté, donc quand j’enchaine les deux, ça c’est une journée bien pétillante !

 

Sinon ton temple de prédilection pour trouver l’inspiration ? J’ai découvert Le Verre Volé, dans le 10ième, j’ai enfin réussi à avoir une table la semaine dernière avec des potes. Ça me correspond tout à fait comme endroit parce que c’est une cave à vin et la cuisine est fraîche. Le menu change pratiquement tous les jours parce que c’est la cuisine du marché. Maintenant un endroit que j’affectionne et qui est récent, ça s’appelle Le Pop up du label, ça fait salle de concert au rez-de- chaussée et à l’étage ça fait restaurant et bar. Le chef qui s’appelle Stéphane Laugéni est un pote, il fait une cuisine simple mais tellement bonne ! Il fait des mélanges, c’est assez tradi mais il a toujours le p’tit élément qui fait la différence.

 

Ton secret pour te sentir belle ? L’eau de rose. D’ailleurs il faut que j’aille en acheter tout à l’heure ! Le soir tu rentres de soirée, t’es pétée, t’en peux plus, il faut toujours te démaquiller ! Le lendemain sinon c’est affreux.

 

Un livre envoutant en ce moment ? Alors c’est un classique, HIGH FIDLITY de Nick Hornby, voilà c’est ce que lis en ce moment je me fends la gueule.

 

Tes notes de musique pour souffler ? J’ai découvert TALISCO parce que le groupe que je manage, ARCAN, a fait la première partie à la Clef, ça s’est ma découverte de samedi. J’ai dansé comme une fofolle ça fait du bien. Et sinon j’écoute beaucoup de choses complètement différentes. Sur mon mur de CD il y a de tout. J’étais aller voir au Point Ephémère avec une copine, SILVER APPLES, qui est un VIEUX groupe. Ils sont précurseurs du Krautrock, c’était génial parce que tu vois ce papy qui te fait une espèce d’électro endiablé c’est fou ! FRANCOIS AND THE ATLAS MOUNTAINS, qui pour moi, était l’une des claques sur scène cette année et mon groupe préféré de la terre entière qui s’appelle THE JIM JONES REVUE qui sont des anglais, c’est très rock n roll. J’ai du les voir 9 fois sur scène, c’est beaucoup ! Je ne m’en lasse pas. 

 

Un jardin d’Eden pour décompresser? Le sud, les Calanques de Cassis, et même les garrigues. On a une maison de famille, c’est un cabanon dans la garrigue. Quand j’étais petite, je me tapais des flips avec les incendies mais j’adorais me balader dans les odeurs de thym, d’herbes.

 

Ta fragrance du moment ?Fidèle ou addict à plusieurs senteurs ? Narciso Rodriguez. Fidèle mais j’en ai eu plusieurs. Quand j’ai une bonne senteur je vais jusqu’au bout de mon flacon. Je suis quelqu’un d’entier donc j’aime pas mélanger.

 

En ce moment tu songes à … Justement à ma vie professionnelle. J’aimerais bien que ça débouche sur quelque chose, je cherche du boulot donc plutôt une stabilité professionnelle dans le milieu de la musique, ça serait bien.

 

Des papillons dans le ventre pour qui ? J’ai vu un reportage hier sur Johnny Cash et je pense que ce mec me fascine.

 

Ses tatouages

« Les encres ont évoluées. Les pigments, les couleurs sont plus brillantes, il n’y a plus de plombs dans les encres. C’est hallucinant ce retour dans le Old School ! »

« Dans le dos, il fait partie de ce mouvement vintage mais plutôt Californien.
C’est Sunny Buick qui a réalisé ce tatouage, une américaine spécialisée dans le vintage. Elle venait d’arriver à Paris quand je l’ai découverte chez Tribal Act, très bon salon, qui fait venir du monde entier des tatoueurs aux styles vraiment différents. On a créé quelque chose ensemble et le résultat est au-delà de ce que j’imaginais ! A l’époque elle ne prenait vraiment pas cher, j’ai plus de 6h de tatouage dans le dos et j’avais payé 150 euros … »

« J’ai attendu 33 ans pour faire un tatouage à 3h du mat bourrée, il était un peu foiré mais je l’ai réadapté. »

« Sur l’avant-bras bras, c’est plutôt un univers marin, il intègre mes tatouages dans le dos en miniatures. Il a aussi une histoire, je l’ai fait quand j’étais à NY avec un groupe dont je m’occupais à l’époque. Ensuite j’ai fait faire, cet été, les deux ballons lors d’une soirée alcoolisée !
Mon prochain tatouage ce sera la finition du bras, un petit revolver, très détaillé, très fin, très imagé. »

« J’étais fascinée quand je suis allée la première fois de ma vie à 12 ans à Londres où tu voyais les mecs en costard qui sortent du bureau et qui remontent les manches au pub. Ils ont carrément des manchettes ! »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x